Aidez la culture sur YouTube !

Depuis 3 bonnes années maintenant, la culture, ou la « vulgarisation » est en pleine expansion sur YouTube. Une nouvelle vague de vidéaste mais aussi un nouveau public est arrivé sur la plateforme qui est plus qu’une simple source de divertissement, et pourtant, les vulgarisateurs ont encore du mal à rivaliser avec le contenu « mainstream ». Alors peut-être que je vais enfoncer des portes ouvertes mais il faut qu’on en parle…

Qu’on s’entende bien, je n’ai absolument rien contre le contenu dit « mainstream ». Vous savez, les chaînes de tops qui s’entrepompent et se copient les unes les autres, les chaînes de prank, d’humour, de gaming ou quoi que ce soit d’autre, je n’ai rien mais alors vraiment rien contre tout cela, en consommant moi même. Tout a sa place sur YouTube (sauf les enfants qui font des vidéos de tests de jouets avec leurs parents à un rythme industriel).

Seulement il y a un hic. Pourquoi les chaînes que certains qualifieront de « qualité », comme s’il existait un label « bonnes vidéos », autrement dit, les chaînes culturelles et consacrées à la vulgarisation, peu importe le domaine (histoire, sciences, langues, culture pop, cinéma, jeux vidéo, musique, etc) semblent ne pas obtenir la même visibilité que les autres ?

La faute aux vidéastes ? Pas forcément.

Ils sont nombreux à adopter les codes actuels de YouTube avec par ici des montages très « cut » et dynamiques, des vignettes et des titres alléchants (sans être « putaclic » !), de l’humour bien dosé, des featuring sympas, des plans esthétiques façon vlog, de la voix off bien placée et tout le reste. Non vraiment, mis à part le contenu qui par sa nature n’est peut-être pas aussi attirant que le reste et invite immédiatement à se mettre dans des conditions de réflexion et peut-être moins de détente, il n’y a pas grand chose à reprocher aux créateurs, même s’il y en a bien sûr qui continuent d’aller contre ces codes, moi le premier, avec des vignettes sobres, un rythme plus posé, des plans très calibrés, pas spécialement axé sur l’humour… On ne peut pas dire que je fasse beaucoup d’efforts, mais c’est un choix éditorial dirons nous, que j’assume entièrement.

Dr Nozman utilise et maîtrise les codes de YouTube à la perfection. Montage, humour, fond ultra intéressant, il est le premier youtuber sciences à avoir franchi la barre symbolique du million d’abonnés.

La faute au public ? Non plus.

Les abonnés, restent fidèles à leurs chaînes culturelles favorites. Il y a un véritable engouement autour de ces contenus et le public est toujours présent sur les réseaux à demander les prochains épisodes et envoyer des messages d’encouragement, soutient financièrement ses créateurs préférés sur Tipeee, est présent en nombre en conventions, qui se spécialisent dans ce genre de contenus, (Geek Faeries, Historiques, Frames…) et motive à coup de « tu mérites tellement plus ! ».

Ce « tu mérites plus ! » peut quand même être un peu frustrant et m’amène au troisième point…

La faute à YouTube ? C’est compliqué, mais je dirais plutôt que non. 

Si vous ne le saviez pas encore, et pour simplifier au maximum, YouTube privilégie toujours sur sa plateforme les vidéos qui lui rapportent le plus. C’est à dire les vidéos sur lesquelles sont visionnées le plus grand nombre de publicités (et ce qui est chouette c’est qu’on peut mettre plein de pubs sur une vidéo qui fait plus de 10min, n’est ce pas ?) et celles qui « s’autoréférencent » le mieux avec le nombre de pouces bleus, de commentaires, les bons mots clefs, etc.

Ça peut paraître injuste puisqu’au bout du compte, c’est toujours celui qui a la plus grosse communauté qui va être mis en avant car sa vidéo sera vue plus de fois par ses abonnés, diffusera donc plus de publicités, et permettra à cette même vidéo d’apparaître dans les tendances et de ramener plus de visibilité et de nouveaux abonnés potentiels au vidéaste, et ainsi de suite, le tout dans une spirale qu’on peut qualifier de positive, du point de vue de YouTube et du créateur bénéficiant de cet effet.

Pour poursuivre ma réflexion et pour ne pas dire de bêtises en voulant représenter tout le monde, je vais prendre mon exemple personnel, les youtubers qui seront d’accord avec mon constat n’auront qu’à relayer l’article.

Sur ma chaîne donc, mais aussi sur d’autres chaînes de vulgarisation (et YouTube en général je vous l’accorde), on peut constater une nette différence entre le nombre de vues et le nombre de pouces bleus, le graal du youtuber. En général, on peut dire que c’est, à la louche, du 1 pour 10. Une personne sur dix seulement met un pouce bleu sur les vidéos, et encore moins de commentaires. Aussi, 1 sur 10, vous pouvez vous dire que c’est déjà beaucoup, mais ramenez ça à 10 000 ou 1 000 000 de vues et voyez la différence…

Sur ma dernière vidéo par exemple (non mais c’est pas vrai, le mec profite de l’article pour faire son auto-promo, c’est pas croyable), pour 15 000 vues, seuls 1800 personnes ont mis un pouce bleu et 216 un commentaire. C’est bien, j’en suis très heureux, mais si jamais je nourris l’ambition de « percer » sur YouTube, clairement ça ne m’aide pas. Sur une autre vidéo, consacrée à Beethoven, pour 42 000 vues, seulement 3500 pouces bleus, c’est énorme, mais le constat reste le même.

Pourquoi ce ratio ? Est ce parce que la vidéo est mauvaise ? Apparemment pas puisque mon nombre de vues est plutôt stable (on y reviendra) et les retours très bons. Est ce parce que je n’arrive pas à créer une réelle « communauté » de fans qui ont envie de cliquer, ou est-ce tout simplement parce que je n’invite pas les gens à le faire en début de vidéo ? Peut-être devrais-je, puisque dans la plupart des cas, ceux qui invitent à mettre un pouce bleu dès le début de la vidéo ont un meilleur ratio…

Ce déficit de participation direct sur la vidéo a un réel impact sur la croissance de la chaîne YouTube et ça, pour ma chaîne comme pour les autres, il n’y a que le public qui peut le changer s’il le veut.

Si la vulgarisation a encore du mal à exploser sur YouTube, c’est peut-être parce que son contenu vise « naturellement » un public moins large (et encore, je ne vois pas pourquoi cela serait vrai) mais aussi peut-être parce que son public est moins au fait du fonctionnement de YouTube.

Le pouce bleu, c’est la vie.

La suite va peut-être vous décevoir mais oui, cet article est là pour enfoncer le clou… Aujourd’hui si vous voulez véritablement soutenir vos youtubers culturels préférés, ce n’est pas forcément en faisant un don sur Tipeee que vous ferez entrer la chaîne dans une autre dimension.

Pensez définitivement à mettre un pouce bleu si la vidéo vous a plu (ou même dès le début, comme ça c’est fait) et pensez à vous abonner et à cliquer sur la cloche à côté du bouton abonnement ! Cette misérable cloche a un pouvoir incroyable puisqu’elle vous garanti de recevoir une notification chaque fois qu’une vidéo sort sur la chaîne en question et surtout de la voir dans votre onglet « abonnements » sur YouTube. Parce que oui, YouTube ne place plus obligatoirement toutes les vidéos des chaînes auxquelles vous êtes abonnés dans cet onglet. Il suffit que la chaîne soit inactive ou ait un rythme de publication relativement lent (je sais de quoi je parle) pour que son référencement chute et que YouTube ne vous indique plus ses nouvelles publications ou même vous désabonne directement de la chaîne sans vous demander votre avis… Voilà pourquoi certains de mes abonnés n’ont pas vu ma dernière vidéo et viennent encore aujourd’hui me demander sur les réseaux sociaux quand sortira le prochain épisode alors qu’ils n’ont pas encore vu celui-ci…

La cloche, mais surtout, surtout, le pouce bleu et pourquoi pas un commentaire. Le must serait même de désactiver votre bloqueur de publicités. Après tout, quand vous avez une page publicitaire de 8min (et encore…) à la télévision, vous n’avez pas le bloqueur pour la faire sauter, alors qu’est ce que 5 à 30s avant une vidéo YouTube…? C’est vrai que sur YouTube et internet en général, la publicité est partout et j’ai été moi-même parmi les premiers à installer un bloqueur de publicité de type AdBlock, mais aujourd’hui sur YouTube, depuis que je sais comment cela fonctionne, je l’ai désactivé sur ce site pour soutenir au mieux les créateurs que j’apprécie et j’ai moi-même constaté une amélioration de ma visibilité simplement en ayant activé la monétisation de mes vidéos, comme quoi… Mais ici c’est encore à vous de voir.

On ne vous demande même plus de partager les vidéos sur les réseaux sociaux, il est prouvé que ça ne sert à rien, vos contacts s’en moquent. Le pouce bleu, c’est la vie.

Depuis quelques temps Arnaud de la chaîne Astronogeek place un message au début de chaque vidéo pour vous inviter à mettre un pouce bleu, la bonne solution ? (abonnez vous à sa chaîne)

Une fois que chacun aura bien intégrer ces codes, il n’y aura plus de « c’est pas juste, lui il a plein d’abonnés et de vues et ses vidéos c’est pourri, tu mérites mieux ! »ou du moins, ils ne seront plus justifiés puisque tout le monde jouera à armes égales. Il faut simplement accepter ce fonctionnement (qui se défend quand même, c’est un modèle économique comme un autre mais on ne peut pas dire qu’il soit si contraignant que ça pour les spectateurs) et jouer le jeu, d’autant que, entre nous, ça ne prend même pas deux secondes que de cliquer sur un pouce. Imaginez si une personne sur deux ou même si trois faisait cet effort, comme cela pourrait changer la donne et peut-être permettre à tous d’avoir accès directement dans les tendances à des vidéos de Nota Bene, Dirtybiology, Sophie Riche, Passé Sauvage, Astronogeek, Copain du Web, N’Art, Florence Porcel (et tout le collectif Médiapason) quotidiennement… Ça fait rêver, non ?

Voilà, c’était mon point de vue de petit youtuber. Ce n’était peut-être qu’un rappel pour quelques uns, mais aussi une découverte pour d’autres… Ce n’est pas un article pleurnichage mais un rappel et je suis désolé que cela aboutisse sur cette conclusion : Pour aider vos youtubers, mettez des pouces bleus. Voilà le deal. C’est le jeu qui nous est imposé alors au bout d’un moment, acceptons le. 

Et oui, finalement c’est aussi un peu la faute du public (ma franchise me perdra, je sais).

En bref, si on fait tous l’effort et qu’on joue le jeu de YouTube, parce que clairement, on a pas le choix -et qu’aucune autre plateforme n’assure autant qu’elle aujourd’hui, quoi qu’on en dise- il se pourrait même qu’à terme, YouTube finisse enfin par devenir une plateforme rentable pour Google, ce qui pourrait changer beaucoup de choses à l’avenir… En bien j’espère.

—————————————————————————————————————————————-

Edit : On m’a fait la très juste réflexion sur les réseaux sociaux qu’il y avait d’autres solutions pour développer l’audience d’une chaîne YouTube et surtout qu’il fallait avant toute chose que le public soit curieux. Je suis d’accord en tout point avec cela bien sûr. Quand une grosse chaîne en partage une plus petite, c’est un vrai coup de pouce même si souvent c’est pour faire plaisir au gros qui a partagé le petit et que le petit se retrouve avec beaucoup d’abonnés mais finalement peu de vues. Mon but dans cet article est de faire comprendre que chacun doit faire sa part du travail et que vous aussi, spectateurs fidèles, vous pouvez réellement avoir un impact 🙂

PS : Avant que toi, qui n’est jamais content, attaque en me disant « oui tu fais ça pour ta pomme et pour avoir des vues et blablabla », vu qu’il faut toujours se justifier sur internet je prends les devants : YouTube n’est pas mon activité principale, j’ai un emploi en CDI a côté qui me convient très bien donc ce que me rapporte YouTube ça m’est un peu égal…)

Oh, et si depuis tout à l’heure tout ce dont je vous parle à propos des abonnements, des pouces bleus, tout ça, ressemble à du chinois pour vous, un bonus :

 

Guillaume Benoit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s