Même pas mal – 1S1H1C#11

1 Heure, 1 Semaine, 1 Chanson ! Pour son arrivée dans le collectif Médiapason, découvrez la dernière production de Samuel, alias Albatros et apprenez-en un peu plus sur lui !

 

Comment t’es venu l’idée du concept 1 Semaine, 1 Heure, 1 Chanson ?

Le concept d’1 Semaine, 1 Heure, 1 Chanson (1S1H1C pour les intimes) m’est venu suite à un constat personnel et subjectif que je n’écrivais plus assez de chansons. Musicien-Chansonnier de métier, après avoir écrit pas mal de morceaux à mes débuts, j’ai eu une période où « l’inspiration » ne venait plus, et ça ne me plaisait pas.

Plutôt que d’attendre que les idées viennent d’elles-mêmes (ce qui, pour moi, marche rarement), j’ai voulu provoquer la créativité. Cette contrainte forte (des mots imposés, une heure pour écrire et composer, et ce toutes les semaines) oblige à un résultat, qui n’est pas toujours bon, mais qui a le mérite d’exister. Si, mettons, 3 chansons sur 4 finissent par me déplaire, j’ai au moins une chanson que j’aime bien par mois, et c’est bien plus que ce que je produisais avant, simplement en attendant que la lumière divine me touche. Le principe de création par la contrainte, chère au mouvement Oulipo, permet de tordre le bras à la fameuse angoisse de la page blanche : dans une heure, j’aurai quelque chose, que ça me plaise ou non (et même si la chanson n’est pas un chef d’œuvre, j’aurai trouvé une suite d’accords ou une jolie métaphore que je pourrais ré-utiliser dans un prochain morceau). 1S1H1C me sert aussi de laboratoire de composition. Principalement guitariste, je m’amuse, pour varier les plaisirs et les tons, à composer au piano (1S1H1C #10 – Les Lois Du Tango), au Kalimba (1S1H1C #8 – Maka), ou pour cet épisode #11, à la guitare slide.

Justement, peux-tu nous expliquer plus précisément ta démarche créative pour cet épisode #11 « Même Pas Mal » ?

Je tire toujours les mots imposés (3 mots, et je dois en placer au moins un) pour mes chansons dans des livres ou des magazines (qui peuvent aussi influencer inconsciemment l’univers du texte qui en sortira).

Venant d’intégrer Mediapason, j’ai voulu faire un clin d’oeil en choisissant comme livre le Diapason Rouge (recueil de chansons). Les trois mots tirés au hasard on été « Cloque », « Main » et « Chemin ». J’ai toujours un petit temps de brainstorming pour voir où m’emmènent ces mots. Les mots « cloque » et « main » m’ont vite évoqué un monde difficile, chaud, harassant. Bien que j’ai n’ai pas expressément cité ces mots dans la chanson, ils m’ont aussi inspiré à leur manière. L’idée d’errance, de longue marche est venue du mot « Chemin », qui lui est cité tel quel, pour valider la contrainte. J’avais envie de travailler à la guitare slide pour cette épisode, et donc l’idée d’un blues s’est imposée dans ma tête. J’ai donc écrit les paroles (je commence toujours par écrire mes textes, puis je compose), en privilégiant les phrases courtes qui puissent laisser la place à de larges plages acoustiques, propre au style du blues. J’ai écrit le texte assez rapidement (22 minutes 17 précisément), pour avoir le temps d’apprivoiser la technique de guitare à la slidebar, je ne maîtrise pas complètement.

Et la musique, donc ?

L’ambivalence harmonique du blues (une mélodie en pentatonique mineure sur des accords majeurs) allait bien avec le texte que j’avais écrit (globalement négatif, avec une pointe d’optimisme à la fin). Sans chercher à ré-inventer le genre, j’ai donc insisté sur la 7ème et tierce mineure (on commence à être très technique, mais j’ai confiance dans les lecteurs de Mediapason !) pour souligner le côté blues. Je commence toujours par chercher une suite d’accords « simple » et une ligne de voix, puis je complexifie le tout, si j’ai le temps, en rajoutant des riffs, des ponts musicaux, des petites impro. J’avais atteint un résultat qui me plaisait bien autour de 45-50 minutes, j’ai donc passé le temps restant à répéter, pour maitriser la guitare et me mettre le texte bien en bouche, pour être le plus prêt possible lors du tournage, que je fais dans la foulée, dès que le chronomètre atteint l’heure fatidique.

Tu filmes après la fin du chronomètre ? C’est un peu tricher, non ?

Haha, je vous reconnais bien là. La contrainte que j’ai décidé de me fixer est 1h pour écrire et composer. La chanson existe bien à la fin de l’heure, le boulot de musicien est terminé, c’est alors le boulot de vidéaste qui commence : installation du matos (captation image et son), tournage, montage, transcription du texte et édition des sous-titres, création de la miniature pour Youtube, etc etc… Une vidéo de 5 minutes comme celle-là représente entre 6h et 8h de travail (réparties sur plusieurs jours, si je suis bien organisé), ce qui est, j’en ai bien conscience, assez court par rapport au temps que des collègues Pasomédiens passent sur les productions, mais j’ai un concept assez léger techniquement (caméra fixe, pas de panneaux de texte ou d’incrustation, pas de musique de fond en plus de ce que je joue, etc…).

Des envies pour l’évolution de ce concept ?

J’ai encore plein de choses à explorer avant de le faire évoluer, mais j’aimerai bien à terme, pourquoi pas, jouer de plusieurs instruments sur une même chanson via la magie du montage (une piste de basse ou des harmonies vocales, par exemple), ou pourquoi pas, si l’aventure tente quelques inconscient.e.s, écrire et composer en 1h en binôme avec quelqu’un, ce qui serait, à mon avis, nettement plus dur que tout seul. Ou pourquoi pas faire des reprises de chansons crées lors d’épisode passés, avec une jolie image et une instrumentation recherchée. Bref, pas de quoi s’ennuyer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s