Michael Jackson + 15 compositeurs romantiques [MASHUP]

Rencontre entre le roi de la pop et Beethoven, Wagner, Schubert ou encore Dvorak…

Un an après mon mashup Get Lucky, dans lequel je mélangeais le tube des Daft Punk avec des œuvres de nombreuses époques musicales, j’ai décidé de remettre le couvert. Cette fois-ci avec un tube un peu plus old school, Smooth Criminal, et en me centrant sur une seule période musicale : le romantisme.

  • Pourquoi Smooth Criminal, et pourquoi le romantisme ?

Smooth Criminal car cette chanson possède les caractéristiques idéales pour faire un mashup : plusieurs éléments mélodiques clairement définis et différents, plusieurs successions de quelques accords, une structure limpide (couplet, pré-refrain, refrain). En bref, on a quelque chose de simple mais varié. Reconnaissable mais pas ennuyant.

Le romantisme car je souhaitais réaliser ce mashup au piano, et que le piano est l’instrument roi du romantisme. Egalement car dans les premières idées d’œuvres que j’ai pu avoir, toutes s’inscrivaient dans le XIXème siècle. Une bonne compatibilité s’annonçait donc.

  • Quel est le but de ce mashup ?

Comme pour tout mashup, l’idée est de faire se rencontrer des mondes différents et paraissant éloignés. Certaines trouvailles sont très amusantes, comme celle de réaliser que le thème de la symphonie du nouveau monde de Dvorak (4ème mouvement) se superpose parfaitement au thème principal de Smooth Criminal.

Le principe est aussi de faire voyager les gens au-delà de ce qu’ils connaissent. Si la sonate « Clair de lune », l’hymne à la joie, ou encore la symphonie du nouveau monde sont des tubes, Asturias, la 11ème étude de Chopin, ou les premiers accords de Tristan et Iseult sont moins identifiables et connus du grand public. C’est une invitation à découvrir tout ça.

  • Quelle est la plus grande difficulté pour réaliser ce genre de mashup ?

On pourrait croire qu’il s’agit de mélanger les œuvres entre elles, de trouver celles qui vont être compatibles. Même si ce travail n’est pas facile, ce n’est pas le plus compliqué. Il faut se rappeler que le but n’est pas seulement d’essayer de caser coûte que coûte des mélodies les unes sur les autres. Mais plutôt de créer un morceau à part entière, écoutable et construit correctement. Il faut donc non seulement assembler des musiques entre elles, mais en plus les agencer, les faire se succéder correctement et les choisir aussi en fonction de leur caractère : il faut créer un vrai morceau de musique. C’est ça, le défi.

Ici, le mashup commence par une introduction lente, qui prend son envol à partir de Schubert. Ensuite l’intensité monte jusqu’à Asturias et Chopin, après quoi vient un passage hors-tempo, suspendu, avec Sheherazade et Tristan. Enfin, le final, avec cette fois-ci la superposition de Smooth Criminal et de 4 œuvres simultanément.

  • Et si on veut en savoir plus sur le Mashup ?

L’histoire du Mashup est passionnante et les exemples depuis plusieurs siècles nombreux. Je vous inviterai donc, dans un grand élan auto-promotionnel, à visionner ma vidéo sur le sujet : Petite histoire du Mashup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s